NITABOH Page principale
Nouvelles fraîches! Historie Making of équipe du film Horaires des projections
NITABOH page principale / Historie / LEXIQUE  
LEXIQUE
KADOZUKE
Faire un spectacle devant les entrées des maisons. On en récupère de l'argent et de la nourriture (du riz etc...). On suppose que cette pratique viendrait de la croyance selon laquelle les dieux descendent devant les portes pour bénir les gens.
BOSAMA
Selon le sens originel des caractères chinois 'Bosama' signifie "la voie du moine", Bosama est utilisé pour décrire les joueurs de shamisen masculins aveugles, artistes voyageurs, qui jouent devant les portes des maisons (Kadotzuke).
GOZE
On appelle "Goze" les femmes aveugles qui telles des troubadours parcourent le pays en solitaire de villages en villages en jouant du shamisen et en chantant. Pendant presque toute l'année, a chaque village qu'elles atteignent elle posent leur bagages dans ce qu'on appelle un 'relai pour Goze' et arpentent le vilage en en effectuant le 'kadotzuke', et le soir elles chantent des chansons populaires lors de banquets. Elles bénéficient de l'aide des organisations d'aveugles mais les règles sont sévères. Par exemple le mariage était interdit. Les Goze qui enfreignaient les règles étaient excommuniées. On les appelait "Goze perdue" ou "Goze à l'écart". Parmi les Goze célèbres on peut nommer les Goze Nagaoka et Takada(de la préfecture de Niigata), Il n'y a pas d'archives qui permettent de dire qu'il y a eu des Goze a Tsugaru pendant l'ère d'Edo. Néanmoins selon Kazuo Daijo, l'auteur original, il reste une paire d'histories transmises de bouche à oreille.

(1) A la fin de l'ère d'Edo, une 'Goze perdue' monte en bateau a Tosaminato et ressent des douleurs d'estomac a mi-chemin. Lorsqu'elle approcha le passage de Kanbara, à bout de forces elle tomba du bâteau. La passeur qui alla chercher cette Goze était Santaro. La Goze se sentit redevable et devient sa femme. Ensuite naquit Nitaro.

(2) Depuis le nord une joueuse de shamisen aveugle vint a Tosaminato. C'est de cette Goze que Nitaro apprendra le shamisen et le chant.
TODOZA
Depuis le moyen âge et jusque récemment "l'historie des Heike' (Heikyoku) a été contée par des bonzes jouant du Biwa (luth japonais). Ces bonzes préchaient la voie de leur art comme étant 'Todo' (la "juste voie"). Au début de l'époque de Muromachi, Kakuichi Akashi, un joueur de 'Heikyoku' fonda un compagnonnage qu'il appela 'Todoza', afin que les aveugles puissent bénéficier de la protection du shogun. Au temps de Muromachi, les quatres axes du gouvernement Gengyo, Betto, Koto et Zato furent créés. A l'ère d'Edo, sous la juridiction du shogun Jisha, Zato a été divisé en dix-huit rangs, c'est ainsi que le système de classes s'est grandement fractionné. Le clan de Tsugaru avait une organisation qui pouvait convenir a un pays entier. A Hirosaki, ville fortifiée, il y avait un département Zato, une milice samurai, des fermes, des manufactures, des commerces, auquels pouvaient participer les aveugles qui vers leurs 14-15 ans devenaient apprentis au Zato. Dans les instruments reconnues officiellement il y avait à part le 'Heikyoku', le koto(harpe japonaise) et le shamisen entre autres instruments de musique, et pour la médecine des masseurs, des acuponcteurs et des aplicateurs de moxa (medecine a base de combustion d'encens).
A l'origine les membres de Todoza n'effectuaient pas le 'Kadozuke' mais rapportaient au shogun Jisha l'industrie du divertissement. Après la dissolution des clans et l'établissement des préfectures, comme on ne pouvait plus recevoir la protection du shogun on a commencé a effectuer le 'Kadotzuke'.
ITAKO
Elle fait subir des épeuves difficiles, transmet la voix des morts, prédit l'avenir etc... C'est une personne possédant des pouvoirs particuliers tel un shaman. Les jeunes filles qui naissaient aveugles ou dont la vue devenait restreinte devenaient souvent apprenties chez un maître Itako et s'adonnaient aux pratiques ascétiques. Il semble que l'enseignement variait suivant les maîtres. Pour NITABOH, nous avons consulté comme référence Miss Keiko Hyuga, une Itako en service au festival de Osorezan. Permettre de dialoguer avec ses parents morts est une pratique que l'on nomme 'Kuchiyose' ou 'Hotokeoroshi'.
Futozao (shamisen large) and Hosozao (shamisen fin)
A l'origine, c'est un instrument de musique chinois appelé 'sanshen". A la fin du 14ème siècle, il a été importé a Ryukyu (préfecture de Okinawa). Au cours de la deuxième partie du 16ème siècle il est arrivé sur le sol Japonais. Ensuite il s'est transformé maintes et maintes fois avant de devenir le shamisen que l'on connait aujourd'hui. Si on fait un classement sommaire on observe trois branches : futozao, nakazao(manche moyen) et hosozao. Selon la largeur du manche, la caisse varie également en proportion, et l'épaisseur cuir également. Pour le hosozao on utilise principalement de la peau de chat alors que pour le futozao de la peau de chien. Selon ces variations le ton et le volume sonores diffère. Selon Kazuo Daijo les 'Bosama' du clan Todoza jouaient presque tous avec des hosozao alors qu'il apparait que le lignage de Nitaboh utilisait un futozao.
 
Vers la page Historie
 
Vers le haut de la page
Copyright(C)WAO Corporation Société AnonymeTous droits réservés.